Répertoire des Besner canadiens d'origine française
en marge de la

 Famille d'Omer-V Besner et d'Alice Lavigne

NOTES CONCERNANT LA GÉNÉALOGIE DES LAVIGNE dit Poudrette

Le régiment de Carignan, a ses origines en France en 1642. À partir de 1659, il se nomma Carignan-Salières; c'était là le nom de deux de ses princes officiers. Le Roi expédia ce Régiment, quelques 1,200 soldats, avec la mission de rétablir la paix avec les amérindiens, surtout les Iroquois. Le Régiment de Carignan-Salières arriva à Québec le 17 août 1665 et, après avoir réussi sa mission, fut licencié en 1667. Environ 400 de ses officiers et soldats décidèrent alors de s'installer en Nouvelle-France plutôt que de retourner en France. Les localités de Tracy, Sorel, Saint-Ours, Contrecoeur au Québec, entre autres, leur doivent leur nom.

L'ancêtre des Lavigne dit Poudrette, se trouvait de ceux qui décidèrent de s'enraciner chez nous.

Lorsqu'il se marie à l'église Notre-Dame de Québec, le 3 novembre 1667, les actes officiels disent qu'il se nomme André Poutré dit Lavigne et qu'il est soldat de la compagnie de Mr de Saurel. Il avait passé un contrat de mariage devant le notaire Gilles Rageot le premier novembre. Ses parents en France se nommaient Pierre Poudré et Philippe (à l'époque il s'agissait d'un prénom féminin) Rocquet.

Lavigne serait donc un surnom de soldat. Quant à Poutré, ce patronyme s'inspire-t-il du vieux mot français " poultre ", signifiant " jument "? À la même époque, un poultrel était un poulain et un poultrinier était un éleveur de chevaux. Ses ancêtres européens exerçaient-ils ce métier? L'évolution orthographique de ce nom de famille a donné, selon les scribes, Poudret et Poudrette. Puis, comme cela est souvent arrivé chez nous, le surnom de Lavigne l'a emporté sur le nom de Poutré.

Il était de Saint-Géry, évêché de Valenciennes. Aujourd'hui, Valenciennes est un chef-lieu d'arrondissement dans la région Nord et Pas-de-Calais, au sud-est de Lille, tout près de la frontière de la Belgique, sur la rivière l'Escaut. André Poutré y aurait été baptisé en 1643. Il était fils de Pierre Poutré et de Philippe (bien oui, ce fut longtemps un prénom féminin) Rocquet.

La mariée était une " fille du roi " du nom de Marie-Jeanne Burel, fille de feu Daniel Burel et d'Anne LeSuisse, de Saint-Denis-du-Clair, évêché de Rouen, dans l'ancienne Normandie, aujourd'hui Seine-Inférieure. Elle y aurait été baptisée en 1646 ou 1648. Lors de son mariage, selon toute vraisemblance, elle était débarquée au pays depuis peu de temps.

Selon Émile Vaillancourt dans " La conquête du Canada par les Normands ", dans sa deuxième édition parue en 1933 à la page 60, ils auraient eu douze enfants.

Au recensement de 1681, la famille habite la seigneurie de Sorel; André Poutré a 38 ans et est déclaré cordonnier; Jeanne Burel a 33 ans et ils ont déjà six enfants âgés de 2 à 13 ans. On y déclare un fusil et une vache; leur terre n'a que six arpents mis en valeur.

Jacques Poutré, leur fils dont descendent nos Lavigne dit Poudrette, a été baptisé à la mission de la Pointe-aux-Trembles de l'Île de Montréal le 30 septembre 1690. Il se marie au même endroit le 16 avril 1714 avec Marie-Anne Simon, fille de Léonard Simon et de Marie-Anne ou Mathurine Beaujean. Cette Marie-Anne Simon est parfois désignée de Marie-Anne Léonard, selon le prénom de son père. Les mariés ont signé un premier contrat de mariage devant le notaire Nicolas Senet le 13 avril 1714 et un second le lendemain. Pointe-aux-Trembles semble ainsi avoir été un troisième lieu d'habitation après Québec et Sorel.

La troisième génération de nos Lavigne dit Poudrette a pour souche André Poutré dit Lavigne (baptême enregistré à Pointe-aux-Tremble le 9 juillet 1722, sépulture au même endroit le 19 mai 1797), fils des précédents. Il se marie à la Pointe-Claire de l'Île de Montréal le 6 février 1747 avec Marie-Josephte Daoust (née vers 1728), fille de Guillaume Daoust et d'Élisabeth Pilon.

La quatrième génération de nos Lavigne dit Poudrette est issue du mariage de Joseph Poudret dit Lavigne (né le 25 juillet 1755 à Ste-Geneviève, décédé vers 1795), fils des précédents, avec Marie-Angélique Ranger dit Laviolette (naissance enregistrée à Ste-Anne du Bout de l'île le 2 octobre 1756), fille d'Hubert Ranger dit Laviolette et de Marie-Élisabeth Robillard, célébré à Ste-Geneviève-de-Pierrefonds le 17 janvier 1774.

La cinquième génération de nos Lavigne dit Poudrette est issue du mariage de Hyacinthe Poudrette, fils des précédents, avec Judith Lauzon, fille de Joseph Lauzon et de Marie-Reine Robillard, célébré à St-Michel de Vaudreuil le 16 décembre 1822.

La sixième génération de nos Lavigne dit Poudrette est issue du mariage de Jean-Joseph Poudrette, fils des précédents, avec Célanie Pilon, fille de Joachim Pilon et de Christine Lalonde célébré à St-Michel de Vaudreuil le 14 octobre 1844.

La septième génération de nos Lavigne dit Poudrette est issue du mariage de Jean-Baptiste Poudrette avec Olympe Berlinguette, fille d'Étienne Berlinguette et de Rose St-Denis, célébré à St-Michel de Vaudreuil le 22 février 1870.

À la huitième génération, Alice Lavigne dit Poudrette, fille de Jean-Baptiste Poudrette et d'Olympe Berlinguette épouse Omer Besner, fils de Dieudonné Besner et de Zéphérine Pharand de Saint-Clet de Soulanges, à St-Michel de Vaudreuil le 7 janvier 1913.

Les enfants d'Omer Besner et d'Alice Lavigne sont de la neuvième génération des Lavigne

Côté Lavigne, tous les petits-enfants de Omer et Alice sont donc de la dixième génération.

 

Compilé à Coteau-du-Lac le 12 janvier 1999.

Hector Besner


pour revenir au début de la page du texte où se trouvait ce lien, cliquez sur le bouton « précédente » de votre navigateur; pour aller n'importe où sur le site, utilisez la barre de navigation qui suit.